La tablette tactile pour les vendeurs en magasin

La tablette tactile, un assistant à la vente précieux en magasin.

L’Essentiel de la Chaussure, n°160, décembre 2014 / janvier 2015, page 45.

Pour améliorer l’expérience client en magasin.

Les vendeurs accompagnent les clients dans la prise de renseignements sur le lieu de vente et sont à même de présenter les articles, de détailler grâce aux tablettes tactiles toutes leurs spécificités, leur disponibilité (stock en temps réel, taille, pointure, coloris, etc.). Les clients disposent ainsi de tous les éléments pertinents sans perte de temps pour finaliser un achat qu’ils n’auraient probablement pas concrétisé en cas de carence informationnelle.

Améliorer l’expérience client rime avec plus de services, mais attention, plus de services utiles, ce qui est véritablement le cas avec la tablette tactile qui complète éventuellement un dispositif de bornes tactiles fixes. Attention, ces dernières ne doivent pas laisser les clients agir en autonomie complète et empêcher les vendeurs d’exercer leur action influente sur les acheteurs potentiels.

Pour aider les vendeurs à accélérer la décision d’achat.

Le client ne reste jamais sans réponse de la part du vendeur qui ne se contente pas de réciter, voire de lire une éventuelle fiche descriptive. Le vendeur est à même d’argumenter au-delà du « çà vous va bien » ; la relation vendeur-client s’améliore forcément. Le vendeur de métier va s’approprier l’outil sans se faire supplanter dans son rôle de conseil ; la tablette tactile restera dans tous les cas une aide à la vente tout autant qu’une aide à la prise de décision d’achat.

Le plus-produit : le vendeur peut proposer des produits similaires en cas d’indisponibilité de l’article initialement choisi. Par exemple, dans le cas d’une boutique de chaussures, il est facile en un clic d’afficher des modèles de substitution très proches à pointure identique et éviter de « perdre une vente ».

Les évolutions à court-terme.

Le vendeur pourra encaisser le client directement dans l’allée, ce qui évitera à celui-ci le fastidieux passage en caisse. Si le produit est indisponible ou que le client ne souhaite pas emporter ses achats immédiatement, le vendeur pourra indiquer une date de livraison à domicile ou un retrait postérieur en point de vente… le tout relié bien entendu au compte de fidélité.

La digitalisation du magasin physique.

La tablette fonctionne en wifi dans le point de vente, ce qui permet une liaison en temps réel avec la base articles centrale et toutes les données relatives au stock. Si l’enseigne dispose d’un site Internet e-commerce, la boucle est bouclée : l’ensemble fonctionne en parfaite harmonie pour proposer l’assortiment sur tous les canaux de distribution (Internet, rayons du magasin physique et même en mobilité au sein de celui-ci grâce aux vendeurs dans les allées).

La preuve par les chiffres.

74% des Français pensent que les vendeurs équipés de tablettes dotées des informations produits seraient plus efficaces. Toujours selon le baromètre DigitasLBi relatif à l’expérience marchande connectée (élaboré selon l’étude réalisée du 02 février au 06 mars 2014), 62% des Français se déclarent prêts à essayer les outils leur permettant de connaître en temps réel les stocks disponibles en magasin sur leur smartphone.

81% des français estiment que les innovations technologiques (bornes pour scanner les articles, click and collect…) raccourcissent le temps du parcours d’achat, 80% qu’elles modernisent l’image du magasin, 73% qu’elles simplifient le parcours d’achat, 60% qu’elles donnent envie de revenir. C’est aussi un facteur de recommandation pour 41% des sondés. Retrouvez davantage de données sur cette enquête exclusive Toluna QuickSurveys réalisée pour Wincor Nixdorf en septembre 2014 dans l’Essentiel de la Chaussure du mois de novembre 2014.

Nicolas SALIN – Responsable Marketing VEGA STIAC – www.vega-info.fr

Smartphones et tablettes

Solution connectée : les logiciels de gestion de magasins sur smartphones et tablettes.

L’Essentiel de la Chaussure, n°178, octobre 2016, page 48.

Principe

Le taux d’équipement en solutions mobiles croît à vive allure à tel point que le BYOD (Bring Your Own Device, veuillez comprendre en français : apportez votre propre équipement) devient une pratique qui se généralise chez les managers. En effet, émettre et recevoir ses mails professionnels, concevoir et transmettre des documents de travail, interagir avec ses collaborateurs et les systèmes d’information de sa société depuis son smartphone ou sa tablette personnelle, le tout en conservant une mobilité totale, sont des actions désormais courantes. Peu importe si le « Device » (équipement) est fourni ou non par l’entreprise, les gestionnaires de magasins, les acheteurs en déplacement sur les salons, les gérants d’entreprise apprécient d’obtenir un accès en temps réel à l’information.

A noter que la solution connectée mobile se matérialise soit par un accès à l’application de gestion de magasin grâce à un simple navigateur Internet, soit par une application téléchargeable depuis les magasins d’applications du système sur lequel repose le support mobile : App Store d’Apple pour Iphone et Ipad, Google Play pour les smartphones et tablettes Android, Windows Store de Microsoft pour les tablettes/pc Surface et les mobiles sous Windows.

application ipad gestion magasin

Polaris Web : la gestion magasin sur smartphone et tablette

Fiche produit sur tablette, solution Polaris : stock et ratios de performance par pointure

Des solutions connectées mobiles de plus en plus complètes

Alors que les solutions logicielles dédiées à la gestion de magasins se cantonnaient depuis leur apparition à la consultation sur mobile de ratios simples comme la consultation du chiffre d’affaires en temps réel, les observateurs notent une demande de services plus complets de la part des utilisateurs d’applications. La taille d’écran limitée et le manque de puissance des premiers smartphones ne permettaient pas beaucoup plus… Aujourd’hui, la multiplicité de tablettes de grande qualité, Ipad ou autres, et de smartphones performants, jouxtées à une certaine maturité de leur usage, ont poussé les éditeurs à développer des services complémentaires pour répondre aux besoins toujours plus pointus des gestionnaires de stock.

Les consultations diverses, que nous serions enclins à qualifier de statiques (même si ces données s’affichent en temps réel, il n’est pas possible d’interagir) forment le tronc commun de toutes les applications mobiles. Ainsi, en 2016, peu ou prou, il est considéré comme normal de connaître l’état de son stock ou de son chiffre d’affaires via une application mobile.

Le choix se portera donc sur les solutions mobiles connectées offrant une palette de services étendus parmi lesquels la prise de commande, très utile lors des déplacements sur les showrooms. En effet, l’efficience du support sautera aux yeux de tous les acheteurs, en capacité de créer des modèles, y rattacher des visuels et des quantités commandées directement sur une tablette en liaison avec le back office informatique du ou des points de vente ! Exit le PC portable de 3 kg dans sa mallette encombrante. La fine tablette, légère, ergonomique, dotée d’un appareil photo prend progressivement le relais, voire d’un clavier détachable (Surface Pro de Microsoft).

Autre fonctionnalité interactive complétant les gadgets passifs de type consultation de ratios : la possibilité de créer de transferts de produits d’un magasin à un autre ou depuis un dépôt en fonction de l’état constaté des stocks. Apprendre qu’un modèle est en rupture est certes utile ; pouvoir pallier à la rupture en transférant les quantités nécessaires est encore plus utile !

2016 : L’ère de la mobilité a sonné

Bienvenue dans l’ère post PC. 2016 confirme une tendance observée depuis 2013 : la convergence des outils mobiles ; les systèmes d’exploitation de chaque support (ordinateur de bureau, tablette et smartphone), permettent d’afficher les mêmes informations et de commencer une tâche sur l’un avant de la poursuivre sur un autre grâce aux technologies de sauvegarde des données dans le Cloud mais aussi grâce à l’uniformisation d’un système comme Windows 10. Signe de cette évolution, les ventes de tablettes/pc, appelées aussi 2 en 1 ou hybrides, ne cessent de progresser alors qu’un essoufflement relatif des tablettes simples de type iPad ou Galaxy est constaté en parallèle du lent déclin des ordinateurs de bureau classiques. Avec une Surface Pro sous Windows 10, il est par exemple possible d’opter soit pour une interface de bureau de type pc et des logiciels, soit pour un univers plus orienté tablette et donc des applications.

Les tablettes, dont nous pensions qu’elles allaient remplacer les ordinateurs, ne constituent qu’une solution complémentaire, à l’exception de quelques usages précis. Sans se prononcer sur le futur de ces objets, le présent nous laisse à penser que les prochaines années appartiennent plus à des supports reposant sur des systèmes d’exploitation capables à la fois de supporter des logiciels ET de fournir des applications. Apple a lancé un iPad Pro pour concurrencer la Surface Pro de Microsoft ; Google a également de son côté lancé des pc fonctionnant avec des applications comme sur les tablettes, les Chromebooks. Avantage pour le moment à Microsoft qui réussit à décliner et donc unifier Windows 10 aussi bien sur un pc, un hybride, que sur une tablette ou un smartphone a contrario de ses concurrents en retard sur l’ouverture globale de leurs systèmes respectifs.

Quid des logiciels de gestion de magasins dans ce contexte de renouvellement ? A court-terme, les solutions logicielles de gestion de magasin déclineront forcément sur les tablettes mais également sur tous les autres supports des fonctionnalités quasi identiques à celles offertes sur les ordinateurs classiques via des applications, la diagonale des écrans de 7, 8, 10 pouces et plus, le permettant. Les éditeurs planchent sur l’ergonomie la plus appropriée aux tablettes et autres smartphones : une même application doit s’adapter à son support et ne délivrer que les informations lisibles distinctement sur ce dernier.

Nicolas SALIN – Responsable Marketing VEGA STIAC – www.vega-info.fr